Thursday, November 26, 2020
HOME > BUSINESS > Le nouveau chômage
BUSINESSEDUCATION

Le nouveau chômage

Statistiquement, la plupart des gens de mon âge (25 ans) ne le font pas aussi bien. Le chômage des jeunes est d’environ 13% +. En outre, la plupart des chômeurs ne sont pas aptes au travail – près d’un million d’entre eux n’ont même pas de diplôme d’enseignement secondaire et 1,8 million sont sans emploi avec seulement un diplôme ou l’équivalent.

Certains diront que nous avons besoin de plus d’études collégiales. Je ne suis pas d’accord. Un autre groupe de 1,3 million de jeunes sans emploi est célibataire, célibataire ou associé.

Ce qui aggrave la situation, c’est que les études universitaires coûtent maintenant plus cher que jamais et que nombre de ces diplômés au chômage sont aux prises avec d’énormes prêts d’étudiants qu’ils auront du mal à rembourser pendant des décennies. J’ai des amis aux prises avec cette situation en ce moment: coincés à la maison, incapables de saisir des opportunités qui ne rapportent peut-être pas grand-chose, mais qui offrent une expérience précieuse. Incapables de faire ce qui leur tient à coeur (écriture, art, peu importe) à cause d’un versement mensuel de 1 000 dollars pour un actif qui ne les a pas rendus aptes au travail.

Ne rage pas contre la machine

Eliezer Yudkowsky a un excellent essai sur le chômage et l’automatisation que je vous encourage à lire. Il y affirme que non, les robots ne sont pas responsables du chômage. À des moments tels que la révolution industrielle, des milliers de personnes ont remplacé des emplois. L’agriculture, qui était auparavant l’occupation par défaut de nombreux Américains, est passée de quelque chose que 80% des Américains ont fait à une occupation que moins de 5% des Américains exercent aujourd’hui pour occuper un emploi.

Ce que je préférais de son essai était son idée de réduire les barrières à l’entrée pour de nombreux emplois qui exigent actuellement une licence ou une formation spéciale – par exemple, être barbier, donner un rasage à quelqu’un ou travailler comme enseignant suppléant. Avons-nous vraiment besoin de diplômés universitaires titulaires d’une licence pour agir en tant qu’enseignant suppléant pour les élèves de 1re et 2e années? En apparence, c’est un travail précieux qui pourrait être confié à une personne moins crédible, mais dotée d’une forte empathie et de fortes compétences émotionnelles.

Même les disciplines spécialisées telles que médecin ou pharmacien entrent dans cette catégorie. Un de mes meilleurs amis du collège est un pharmacien. Vraiment intelligent, mais, autant que je sache, il passait le plus clair de son temps à mémoriser les interactions médicamenteuses. Comment Heptomanza va-t-il interagir avec 60 mg de Zorpranax?

Je n’en ai aucune idée, mais je suppose qu’un modèle informatique pourrait vous le dire. Avons-nous vraiment besoin d’une personne ayant plus de 6 ans d’études (+ 20 000 USD / an) pour demander aux patients quelles pilules ils prennent et leur prescrire un médicament qui ne leur fera pas croître un 3ème bras?

Ne pourriez-vous pas au contraire emmener une personne dotée de bonnes aptitudes en relations humaines et qui a fait des études secondaires, de la suivre pendant une année ou deux de formation professionnelle, de la faire dialoguer avec les patients, de suggérer des ordonnances (qui seront ensuite approuvées) et de surveiller l’observance des patients ? Je suppose que oui.

Ou, en dehors de l’abaissement des barrières pour participer à certaines fonctions économiques, comment pourriez-vous augmenter le nombre de personnes employées et engagées de manière productive?

Je peux penser à un moyen: changer la définition du travail à temps plein.

Plutôt que d’embaucher une personne pour travailler à temps plein, 5 à 6 jours par semaine, pourriez-vous diviser cet emploi en deux personnes travaillant de 3 à 4 jours par semaine? Je sais que beaucoup de gens (y compris moi-même) accepteraient volontiers une réduction de salaire de 15 à 20% pour avoir un autre jour pour moi.

Je ne sais pas vraiment ce qui se passe ici. Peut-être que tout est automatisé. Peut-être sommes-nous tous attachés de manière permanente à nos vies dans la réalité virtuelle, ou chacun apprend à coder et devient un développeur de logiciel bien payé. Qui sait.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *